Consommer responsable à l’arrivée d’un enfant, c’est possible

Budget serré, convictions écologiques et/ou personnelles, envie de faire différemment… L’arrivée d’un enfant dans un couple est un grand bouleversement qui engendre de nombreuses dépenses. Bien sur que si l’on désire tout acheter neuf, c’est largement faisable. De nombreux magasins et sites web de puériculture propose tout un tas d’objets « indispensables » à la venue de cet enfant.

On peut avoir tendance à tout vouloir neuf, à surcharger les listes de naissances de choses dont on ne se servira pas, de vêtements qui ne seront pas mis forcément, « d’au cas où »… D’autres solutions existent, plus écologiques, plus respectueuses de l’environnement et plus économiques.

Il ne s’agit pas ici de culpabiliser les futurs parents qui souhaitent tout acheter neuf pour accueillir leur enfant. Chacun fait comme il veut et comme il peut. La démarche de choisir au maximum du seconde main nous est personnelle. Il n’y a pas de démarche parfaite ou meilleure qu’une autre. Je respecte les convictions et les démarches de chacun.

Prêt et location de matériel

Certaines associations prêtent ou louent du matériel de puériculture pour un montant dérisoire par rapport au prix d’achat neuf et à la durée d’utilisation du matériel. Renseignez-vous auprès de votre commune, de la CAF qui ont des contacts dans ces associations.

J’ai trouvé aussi des associations qui prêtent des couches lavables et je trouve cette idée géniale car on peut être un peu perdu au début. J’avoue avoir cherché beaucoup d’infos sur le web sur les couches lavables mais être noyées sous toutes ces infos. Pouvoir se retourner vers une association où l’on donne des conseils pratiques et où l’on peut poser toutes les questions qui nous passent par la tête et échanger est très pratique et intéressant.

Prêt et don entre amis et famille

Les amis et la famille ont souvent des trésors cachés qui peuvent vous servir. On s’en fiche que le transat ait servi pour tous les petits de la famille tant qu’il est en bon état et toujours sécuritaire. Pareil pour les vêtements qui sont souvent mis une ou deux fois, qui ne sont pas abimés et qui peuvent servir encore.

Les sites web de vente d’occasion

Vous trouverez des jolies pépites sur internet. Vinted, Le Bon Coin, Marketplace regorgent de lot de vêtements, de matériel de puériculture en bon état voire neuf pour des prix intéressants.

Les magasins d’occasions, les dépôts-ventes, les vide-poussettes

Vous pouvez trouvez aussi dans les dépôts-ventes des choses dont vous avez besoin en bon état. Il faut prendre le temps de fouiller et aimer ça! Ça vaut le coup de se lever un peu plus tôt le dimanche pour aller faire un tour aux vide-poussettes autour de chez vous pour dénicher ce que vous désespériez de trouver.

Tenter de réaliser des créations

Les lingettes jetables sont facilement remplaçables par des lingettes en tissus et réalisables. Dans votre entourage, il y a surement une couturière à ses heures perdues ou un amis fan de tricot qui se fera un plaisir de vous aider à réaliser de jolies créations (lingettes, vide-poche, gilet, bonnet, chaussons…). Vous pouvez aussi vous lancer dans la fabrication de lingettes, de couverture ou de bonnet après un cours de couture ou une après-midi passée en compagnie de tricoteuses!

Comment ne pas se surcharger d’objets dont on ne va pas ou peu se servir?

Le mot d’ordre est ORGANISATION!

Personnellement, j’ai demandé à mes amis qui ont déjà des enfants ce qu’ils trouvaient vraiment nécessaire, ce dont ils ne se sont pas passés et ce qu’ils trouvaient inutiles. J’ai ensuite pris le temps de faire une liste de ce qui me paraissait nécessaire pour moi. J’ai comparé les listes et suis allée ensuite me renseigner sur le web. Mon compagnon et moi avons pris le temps de voir ce qui était important pour nous et avons commencé à rechercher ce qu’on voulait en seconde main.

Nos amis ont aussi vidé leur garage et les armoires de leurs petits. Nous avons donc des vêtements pour anticiper les pics de croissance de la grenouille.

Je tiens un carnet avec ce dont nous avons besoin que je mets à jour à chaque fois qu’il se remplis, qu’on nous offre un cadeau ou que l’on trouve notre bonheur. Par exemple, il nous manque des pyjamas en 1 mois. J’axe ma recherche sur ces pyjamas. Au niveau de la quantité, j’essaie de calculer pour avoir une dizaine de pièces pour ne pas passer mes journées à faire tourner le lave-linge tout en pouvant changer en cas d’incidents.

J’ai investi dans une machine à coudre et ai demandé de l’aide aux amies couturières qui m’entourent. J’ai pu réaliser des lingettes, des couvertures et des bavoirs. Je laisse le tricot aux membres de ma famille qui sont plus doués que moi! J’ai commencé des chaussons mais ça n’a pas été une grande réussite!

Nous avons mis sur la liste de naissance ce que nous ne trouvons pas autour de nous en seconde main. Notre famille étant éparpillée, nous les encourageons à chercher autour d’eux ce qui nous manque en seconde main si c’est possible et s’il le veule.

Notre démarche de ne pas surconsommer, d’acheter en seconde main et de limiter notre empreinte écologique est « notre problème ». Si la famille veut adhérer, c’est avec plaisir mais ce n’est pas une obligation.

Pour ce qui est de ce que nous n’avons pas trouvé en seconde main, nous l’achèterons neuf. Ça concerne le siège auto car ça nous paraissait logique d’avoir un produit sécuritaire et au norme ainsi que le matelas du lit cododo. Je n’achèterais pas un matelas pour moi d’occasion donc ça parait normal d’en prendre un neuf pour la grenouille.

Écologie et santé: quel lien?

Les actualités nous montrent que la protection de la planète, la mise en place d’actions concrètes qui auront un impact sur le climat sont au coeur des préoccupations d’une très grande partie de la population mondiale. En quoi préserver sa santé maintenant à un impact sur l’écologie et sur son futur?

Un impact sur la consommation

  • consommer des fruits et légumes frais et locaux, paniers en circuits-courts, achats directement chez le producteurs: investissement pour le développement local
  • acheter en seconde main, prêter, réutiliser, louer, réparer: pas de surconsommation

Un impact sur la pollution (plastique, particules fines, molécules chimiques, déchets)

  • consommer local: peu voire pas de transport donc moins de consommation de carburant et d’émissions de particules
  • consommer en vrac: pas d’emballage
  • consommer sa production: pas de transport
  • boire l’eau du robinet: pas de bouteilles plastiques
  • utiliser des cosmétiques naturels sans emballage plastiques, rechargeables ou réutilisables: pas de bouteilles plastiques, pas de molécules chimiques polluants l’eau
  • meilleure santé = diminution de consommation de médicaments: moins de pollution des eaux. Nos médicaments, une fois pris, sont évacués par le corps principalement via les urines. Toutes ces molécules chimiques se retrouvent dans les eaux et sont très difficiles à traiter.
  • marcher, prendre son vélo ou les transports en commun: moins voire pas de pollution
  • réduire sa consommation de viande: moins de pollution

Un impact sur la santé

Toutes ces actions ont un impact non négligeable sur la santé.

Consommer local et bio offre la possibilité d’avoir des produits de bonne qualité riches en vitamines et minéraux indispensables au fonctionnement du corps. Se passer de bouteilles plastiques, qui larguent des particules dans l’eau, diminue l’intoxication de notre corps. Une activité physique régulière permet de décharger le système nerveux mis à rude épreuve, de s’oxygéner et d’éliminer les toxines. Les produits cosmétiques et de lavages contiennent des perturbateurs endocriniens responsables de nombreuses maladies. Passer à leur version maison, naturels diminue les contacts avec ces perturbateurs. Soigner les maux du quotidien (quand c’est possible) avec les plantes, les minéraux et les oligo-éléments permet au corps de garder et d’activer ses capacités d’auto-guérison. Utiliser les médicaments pour des troubles nécessitant une prise évite les résistances des bactéries aux différentes molécules ainsi que le phénomène d’accoutumance (comme pour la cigarette!).

On ne peut bien sur pas prédire l’avenir ni dire de quoi demain sera fait mais quelques actions simples ont un impact direct sur notre qualité et nos conditions de vie. Ce n’est pas négligeable car les rapport alarmants des spécialistes sur le climat et la dégradation de la faune et de la flore ne cessent de nous appeler à nous responsabiliser et à agir vite.

Passez au (presque) zéro déchet, quelle belle aventure

Le collectif On est prêt à rassemblé autour du zéro déchet et de la préservation de la planète grâce à quelques actions quotidiennes sur Instagram beaucoup de monde. Que reste-t-il de ses belles actions? Quelles sont celles qu’il faut vraiment mettre en place à vie pour réduire son impact écologique?

Depuis déjà pas mal de temps je fais attention à mon impact. Je partage avec vous les astuces et les actions que j’ai mis en place au quotidien pour limiter cet impact au maximum et pour être en accord avec mes convictions.

  • Plus de bouteilles plastiques

Je me suis équipée de deux gourdes de chez Qwetch, une grande pour les pic niques et les longues balades et une petite que je prends tous les jours avec moi. A l’appart’, j’utilise une carafe avec un bâton de charbon pour filtrer l’eau que je transvase dans une bouteille en verre une fois filtrée.

Pour le thé et le café j’ai un joli mug en bambou que j’ai souvent dans mon sac. Ça me permet de prendre mon café à emporter de temps en temps. Dans certains endroits’ vous pouvez même avoir une réduction quand vous venez avec votre contenant comme chez Josie Factory à Bayonne.

  • Plus de sacs en plastique

J’ai toujours un ou plusieurs tote bag sur moi, surtout quand je sais que j’ai quelques courses à faire. J’ai eu un super chariot pour faire le marché pour mon anniversaire. J’en suis super contente car il est suffisamment grand pour contenir des courses et des produits frais. Il prend aussi peu de place à la maison. Je vais tranquillement faire mon marché en bus le samedi et je ne me casse plus le dos à porter les sacs lourds.

  • Le bus à la place de la voiture

J’essaie de faire un maximum de mes trajets en bus. C’est assez simple pour moi car j’ai l’arrêt au bout de ma rue. Je mets autant de temps pour aller au cabinet qui se situe au centre-ville de Bayonne en bus qu’en voiture (surtout avec les travaux!!) et je n’ai pas besoin de batailler pour me garer. J’économise du temps, du carburant et du CO2!

  • Changer de fournisseur d’électricité et de gaz

Je crois que c’est ce qui m’a pris le plus de temps ces dernières semaines: trouver un fournisseur d’électricité et de gaz qui soit bien et qui puisse nous fournir dans notre commune!! Nous sommes donc passez chez Ekwateur là mois dernier. Il nous fournit une électricité 100% verte produite en France et du gaz. Je n’ai pas encore de recul sur le coût mais au niveau des devis, on est plutôt gagnant ( sous réserve de faire attention aussi à ce que l’on allume et à notre façon de nous chauffer).

  • Des achats utiles

J’achète souvent mes vêtements sur Vinted et j’en vends dessus aussi. L’exception à ses achats sur Vinted sont mes jeans! Mesurant mois d1m60, j’ai quelques problèmes à trouver des jeans ou je ne dois pas enlever la moitié de la longueur des jambes pour que ça m’aille! Du coup, je le commande sur Weekday qui utilise du coton bio pour leur fabrication. Le prix est vraiment attractif et je suis sure que ce que je commande me va puisque je choisis la longueur!!

En ce qui concerne les gros achats, je pèse beaucoup le pour et le contre pour faire un choix conscient et éclairé. Dernière exemple en date, mon ordinateur acheté reconditionné il y a maintenant 5 ans donnait des signes de faiblesses et j’ai beaucoup besoin de travailler dessus et de l’emporter partout avec moi. J’ai passé des semaines à réfléchir et à comparer avant de m’acheter une tablette, plus facile à transporter pour pouvoir travailler ou je veux. Ce genre de décision a un vrai impact, notre manière de consommer a un vrai impact sur la planète. Nous sommes des consomm’acteurs, il faut en prendre conscience.

Je vous renvois à mon article sur la consommation.

  • Une alimentation locale et bio au maximum

J’ai déjà fait des articles sur l’importance de consommer local et bio si possible ici. J’ajoute aujourd’hui que consommer local permet d’éviter les imports et toutes les pollutions générées avec les nombreux transports.

Je suis consciente que tout le monde ne s’éclate pas en cuisine, que ça peut être vécu comme une perte de temps. Pas pour moi et je sais la chance que j’ai d’aimer passer du temps en cuisine à faire des gâteaux et autres plats salés. L’impact en plus d’être écologique est sanitaire. Des produits bruts cuisinés sans ajouts de sel, d’additifs chimiques ou autres ont un réel impact positif sur la santé. On consomme moins de toxiques que le corps stocke puisque la plupart du temps il ne les reconnaît pas et ne sait pas comment les éliminer. Une alimentation qui fait une belle part aux fruits, au légumes, aux céréales et aux légumineuses et où les produits d’origine animale sont consommés en quantité limitée est une bonne base pour préserver sa santé.

  • Non aux produits chimiques et oui aux produits maison

Je prépare moi-même mes produits ménagers: lessive, adoucissant, produit vaisselle et produits de nettoyage. Je les prépare avec des produits naturels comme le bicarbonate de soude, le vinaigre blanc et le savon de Marseille. Rien de chimique là dedans.

Je fais aussi attention aux produits cosmétiques que j’utilise. Majoritairement des produits bio et des matières bruts comme des huiles végétales et de l’aloe vera. Les produits bruts génèrent peu de déchets et ne sont pas toxiques pour l’environnement.

Toutes ces actions mises en place ces derniers mois et années m’ont permis de prendre conscience de mon impact sur la planète mais aussi de me rendre compte que mes choix comptent.

Et vous, quelles actions avez vous mis en place?

Mon ménage au naturel

Avec le retour de la pluie, j’ai décidé de mettre à profit ces quelques jours fériés pour faire un grand ménage de printemps! Depuis déjà quelques années, je n’utilise plus de produits nettoyants « chimiques ». Mes sprays maison ont remplacé depuis déjà quelques temps les flacons des supermarchés. 

Pourquoi utiliser des produits naturels?

C’est écologique: la plupart des produits d’entretien contiennent des produits nocifs pour l’environnement mais aussi pour les hommes et les animaux. En prenant conscience de cela, j’ai décidé de supprimer la totalité des mes produits d’entretien « chimiques » et de les remplacer par des produits maison non nocifs et non toxiques pour l’environnement et pour mon environnement à moi.

C’est économique: et c’est un sacré avantage! Pour créer tous mes produits, j’ai besoin de quelques matières premières de base qui sont les mêmes pour tous. Au final, je m’y retrouve largement financièrement. Quand on voit le prix d’un nettoyant chimique multi-usage, c’est beaucoup plus rentable d’avoir ses bases à la maison et de prendre 5 à 10 minutes de temps en temps à le fabriquer soi-même.

C’est rassurant: je ne sais pas comment vous vivez votre ménage, mais pour moi ce n’est jamais une partie de plaisir! Alors si en plus, je m’intoxique en même temps… Bref, je suis rassurée à l’idée d’utilisée des produits non toxiques, non nocifs et écologiques.

flour-791840_1920.jpg

Les produits de bases:

  • Le vinaigre blanc

C’est l’ingrédient de base pour créer tous ses produits ménagers ( avec le bicarbonate!).

Il est désodorisant, nettoyant, détartrant, anti-calcaire puissant, désinfectant, assouplissant et adoucissant.

Je l’utilise dans toutes mes recettes de nettoyant multi-usages pour la cuisine, la salle de bain et les toilettes. Je m’en sers aussi pour nettoyer mon frigo, ma bouilloire et mes vitres (pur).

  • Les cristaux de soude

Attention aux peaux sensibles: les cristaux de soude sont à utiliser avec des gants car ils sont un peu irritants.

Ils sont dégraissants, nettoyants, détachants et adoucissants. Ils ont aussi une action puissante sur les bactéries, les champignons et les moisissures. Ils sont donc super pour nettoyer les sols, le linge, les canalisations bouchées (en association avec le vinaigre blanc).

Je les utilise dans mon solide vaisselle, les pastilles pour le lave-vaisselle et la poudre pour nettoyer les toilettes.

  • L’acide citrique

C’est un produit totalement naturel que l’on retrouve dans le citron.

Il est super détartrant, acidifiant, fongicide, bactéricide et c’est un nettoyant puissant.

Je l’utilise dans ma recette de tablettes pour le lave-vaisselle et pour la poudre nettoyante pour les toilettes. J’en mets également un peu pour détartrer ma bouilloire régulièrement.

baking-soda-768950_1920.jpg

  • Le bicarbonate de sodium

C’est la poudre à avoir dans ses placards pour créer ses produits d’entretien ou pour utiliser aussi en cosmétiques.

Il est désodorisant, nettoyant, dégraissant et détachant.

J’en mets un peu partout: dans mes nettoyants multi-usages, dans le frigo et les placards en cas de mauvaises odeurs, dans les canalisations mais aussi dans mon déodorant maison!

  • Le percarbonate de sodium

C’est l’ennemi des taches!

Il est détachant, blanchissant, nettoyant, désinfectant et désodorisant.

Je l’utilise dans mes pastilles pour le lave-vaisselle, en cas de taches récalcitrantes sur le linge.

Ateliers fabrication de produits d’entretien

Je propose de temps en temps des ateliers de fabrication de produits d’entretien naturels. Si cela vous intéresse, je mets le planning à jour tous les mois ici! 

 

Et vous, avec quels produits naturels faites- vous votre ménage?