Mes dernières lectures – Avril

Je lis beaucoup, je ne peux pas m’endormir sans avoir lu, je pourrais passez mon temps le nez dans les livres… Depuis toute petite, la lecture fait partie de ma vie. Ce temps passé dans les livres a pu me jouer des tours mais je m’en fiche! Lire n’est pas du temps perdu pour moi, au contraire. Je ne conçois pas ma vie sans les livres. C’est un de mes plus gros poste de dépenses devant les vêtements! J’ai essayé de me raisonner mais c’est très difficile. J’achète au max d’occasion et je revends sur les plateforme comme Gibert ou Momox régulièrement. Ça m’a permis de réduire ma bibliothèque de plus de la moitié même si ça reste compliqué pour moi de me séparer d’un livre. J’ai aussi eu une liseuse en cadeau d’anniversaire il y a presque 3 ans. Je pensais que le papier allait me manquer mais j’aime avoir plusieurs livres à disposition. Lisant assez vite, j’étais souvent frustrée par le manque de nouveaux livres à commencer. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas! Je passe de la liseuse à un livre papier sans souci.

Tout ceci pour vous parler de mes dernières lectures:

Gardiennes de la Lune, vers la voie du féminin sauvage de Stéphanie Lafranque et Vic Oh

J’avais pré-commandé ce livre pour être sure de l’avoir à sa sortie et je ne regrette pas. Il est génial. Les illustrations sont magnifiques. Les explications sur les différentes phases du cycle lunaire sont très précises et l’association avec le cycle des femmes est vraiment très bien détaillée. J’ai aimé les divisions des lunes pleines et nouvelles chaque mois associées à une plantes et une déesse. Les rituels proposés trouvent leur place dans mon quotidien. Ce livre propose de vivre son féminin sacré et sauvage pleinement. À découvrir sans attendre.

Féminin Sacré, Rencontrez la déesse qui sommeil en vous de Mélissandre Lemonnier et Youlie dessine

Pour tout vous dire, je l’ai pris par hasard. J’ai aimé la couverture et je suis tombée sur la page « 29 jours pour s’éveiller à son féminin sacré », ça m’a plu! Les phases du cycle féminin sont très bien expliquées et représentées. Les informations sont interessantes et pertinentes pour quelqu’un qui veut se pencher sur ce sujet. J’ai aimé le parallèle masculin/féminin qui ne tape pas sur la patriarcat mais qui encourage chaque femme à vivre son féminin sacré, à trouver son équilibre et à incarner pleinement la femme qu’elle est. Les rituels proposés sont sympa à réaliser et offre chaque jour du temps pour soi. Les illustrations sont top!

La Tente Rouge d’Anita Diamant

Que dire… ça été une révélation sur ce que peut être la sororité, l’entraide, l’empowerment entre femmes. L’histoire racontée du point de vue féminin est celle du « viol de Dinah » que l’on peut trouver dans la Bible racontée d’un point de vue masculin. J’invite chaque femme à découvrir ce livre tellement bien écrit. J’ai aussi vu que l’on trouvait la série sur Netflix (the red tant) mais je n’ai pas encore pris le temps d’y jeter un oeil.

Sagesse et Pouvoirs du Cycle Féminin de Marie Pénélope Pérès et Sarah-Maria Leblanc

J’ai appris beaucoup de ce livre sur les plantes amies du cycle féminin et sur leurs différentes utilisations. La contraception est abordée de façon précise et les solutions naturelles proposées sont vraiment intéressantes. Les parties anatomie et physiologie sont très bien développées et permettent une bonne compréhension de ce qui se passe dans le corps de la femme. La partie « Vivre en harmonie avec mon cycle » propose des pistes, des astuces naturelles pour chaque phase du cycle et ça m’a beaucoup parlé. À découvrir!

Je lis actuellement le dernier livre de Gloria Steinem et attends avec impatience Femmes qui court avec les loups. Toutes ces lectures m’enrichissent personnellement et enrichissent ma manière d’accueillir et de travailler ma naturopathie avec les femmes. Chaque femme est unique et doit pouvoir vivre, incarner et honorer le femme qu’elle est.

Et vous, quelles sont vos lectures du moment?

Accompagner une grossesse avec la naturopathie

On me demande souvent ce que peut faire un naturopathe pour accompagner un couple pendant une grossesse. Je partage mes axes de travail lors d’accompagne de grossesse. L’objectif étant que la femme soit libre d’exprimer ses envies, ses contraintes et ce qu’elle désire mettre en place pour vivre le plus sereinement possible cette grossesse.

L’attention se porte souvent sur la femme enceinte mais le compagnon ou la compagne est aussi là et vit cette nouvelle étape de leur vie de couple. Il faut intégrer cela à la consultation et donner les informations aux deux personnes car le compagnon ou la compagne aura aussi les clefs pour soulager et accompagner la femme enceinte dans cette grossesse.

Alimentation

On entend souvent que pendant la grossesse, il faut manger deux fois plus mais pas du tout: il faut manger deux fois mieux! Le corps subit beaucoup de transformation pendant ces neuf mois, il a des besoins supplémentaires en vitamines et en minéraux pour fonctionner normalement et pour apporter au foetus ce dont il a besoin pour se développement. Il faut donc être vigilant sur la qualité des produits consommés, sur la quantité et la qualités des graisses, des protéines et des sucres ingérés. S’ajoute à cela, la liste des aliments que les femmes ne peuvent pas consommer pendant la grossesse. Il faut parfois faire un point alimentation et trouver un planning alimentaire qui permet d’éviter les carences tout en se faisant plaisir.

Bien-être

C’est important de se sentir bien et de prendre soin de son corps au quotidien. Lors de la grossesse, la peau peu subir quelques désagréments comme l’apparition de vergetures, d’un masque de grossesse, des boutons d’acné. Avoir les bons produits naturels, les bonnes recettes de cosmétiques home-made, les propriétés des huiles végétales permet d’avoir toutes les cartes en main pour faire les bons choix et prendre le temps de s’occuper de ses petits désagréments.

crédit photographique : pixabay

Soulagements des petits tracas au naturel

Cette période de grands bouleversements peut occasionner des tracas que l’on peut soulager de façon naturel comme les angoisses, les troubles de la circulation, les troubles du transit, les crampes, certaines douleurs articulaires ou musculaires, la prévention des nausées,… La naturopathie aide aussi à soulager ces maux de grossesse.

Accompagner et vivre sereinement le bouleversement émotionnel

Cette période de bouleversements physiques s’accompagne aussi de bouleversements émotionnels. Le stress, l’anxiété et parfois les angoisses peuvent prendre beaucoup d’importance dans le quotidien. Il est important de vivre ces émotions, de les laisser s’exprimer sans les laisser s’imprimer et s’ancrer dans le quotidien. Avoir un soutien émotionnel, s’aider de la respiration, de techniques de relaxation permet de mieux vivre ces émotions et de retrouver le calme.

crédit photographique : pixabay


Endométriose: levons les tabous

Mars, un mois de lutte

Mars se termine mais nos voix portent encore et toujours ce message: « Non, ce n’est pas normal d’avoir mal pendant ses règles!! ».

L’endométriose est une maladie qui commence à faire parler d’elle et ce n’est pas trop tôt!!!

Je suis atteinte de cette maladie depuis longtemps et, comme toutes les femmes, le diagnostic a mis beaucoup de temps à être posé. Bizarrement, les douleurs étaient moins intenses pendant mes règles que pendant le reste du « cycle » donc elles n’étaient pas prises en compte. Le reste du temps, j’avais des douleurs intenses, un ventre toujours gonflé (3 tailles de pantalon en fonction de ces gonflements!), des difficultés à aller aux toilettes, une grande fatigue. J’ai entendu tout un tas de réflexions :« ce n’est pas possible d’avoir mal à ce point », « vos douleurs ne peuvent pas être réelles », « mais tu as toujours mal au ventre!! », « c’est dans ta tête tout ça! »… et pris des tonnes d’antidouleurs, d’antispasmodiques et d’anti-inflammatoires! 

pills-2607338_1920.jpg

Malgré tout, j’ai toujours eu envie de régler ces douleurs de façon naturelle et simple. J’avais consulté une naturopathe pour ces douleurs il y a 5 ans. Elle avait bien cibler le problèmes (inflammation chronique des intestins, dysménorrhées, douleurs chroniques, troubles de la digestion). Ces conseils et les compléments proposés m’avaient permis de retrouver un certain confort au quotidien temporairement.

Un combat de tous les jours

Une opération et un traitement hormonal plus tard, j’ai pris la décision de diminuer ma consommation d’antidouleurs et d’anti-inflammatoires quotidienne qui me pesait beaucoup. Je ne me retrouvais plus dans le fait de devoir prendre des comprimés pour pouvoir « vivre ». L’opération m’a permis de voir nettement mes douleurs diminuées en intensité et en chronicité. J’ai sauté, un mois après l’opération, sur le programme naturopathique de Chris Martin: Endocoaching Mieux vivre l’Endométriose qui m’a permis de trouver des alternatives naturelles aux médicaments, tout en sachant qu’en cas de grosses crises, je pouvais associer les compléments naturels aux médicaments.

J’ai pu reprendre une activité sportive douce et une vie quasiment normale. J’ai modifié mon alimentation, j’ai changé ma façon de consommer: peu de produits « chimiques », beaucoup de produits fait-maisons (shampooing, crème, produits ménagers).

Côté médecines alternatives, j’ai besoin d’une séance d’ostéopathie tous les 3 mois pour me sentir bien. Le yoga, la méditation, la piscine m’aident beaucoup à supporter les douleurs et à me détendre. Je prends du magnesium tous les jours ainsi que des Oméga 3,6 et 9.

silhouette-3087517_1280.png

Le bilan

Un an et demi après l’opération, je supporte de moins en moins bien le traitement hormonal et les douleurs sont de retour quotidiennement malgré mes efforts. La maladie évolue doucement. Il y a des jours où je ne supporte plus ce corps endolori, où enfilé un pantalon est trop compliqué (donc j’enfile une robe), où tout me demande un effort considérable et puis il y a d’autres jours où je dépasse mes limites, comme quand j’ai réussi à faire la Kostalde Baladea sans avoir mal au ventre au printemps dernier (merci pour le soutien les collègues!) ou quand je passe une journée sans penser à la maladie.

Aujourd’hui, je n’écris pas ce texte pour me faire plaindre, je l’écris pour faire passer un message: il faut continuer à se faire entendre. Je vois passer des discours de femmes qui souffrent physiquement mais aussi moralement d’être incomprise par le corps médical mais aussi par leur entourage. J’ai beaucoup de chance d’être bien entourée et d’avoir rencontrée des professionnels de santé compétents et à mon écoute. Je ne sais pas comment l’endométriose va évoluer, je ne sais pas comment sera mon corps demain mais je sais que, comme tous les jours, je vais faire en sorte de passer une belle journée, de sourire, de rire et de porter un regard bienveillant sur ce corps détraqué…

Nora

Un cycle zéro déchêt, c’est posssible?

Tous les mois ça revient… Oui je parle bien des règles! En moyenne, une femme aura 540 cycles menstruels sur 42 ans. Ça correspond à 15000 protections jetées à la poubelle par femme. Ces protections mettent environ 500 ans à se dégrader… autant dire une éternité!!

Depuis quelques années, on parle des avantages de la cup. Alors je suis tout à fait d’accord, c’est pratique, hygiénique, écologique, économique... mais pas super facile à mettre!! Il faut avoir le coup de main.  Une cup a une durée d’utilisation de 10 ans environ. On peut imaginer le nombre de tampons économisé pendant ces 10 années!

lunacopine-coupe-menstruelle-1

On trouve aussi maintenant des protèges-slips et des serviettes hygiéniques lavables. J’ai testé ceux de la marque PLIM et je suis super satisfaite. Étant atteinte d’endométriose, il est déconseillé pour moi d’utiliser la cup et je cherchais un moyen de protection efficace, naturel et écolo. J’ai fait quelques recherches et suis tombée sur PLIM.

Tout d’abord, les produits sont fabriqués en France. Ensuite, le design est sympa et il y a beaucoup de choix de tissus. Fines et très agréables, on ne se rend pas compte qu’on les porte. Il suffit de la positionner comme une serviette jetable et de la clipser grâce aux 2 boutons pressions. Le coton côté peau est issu de l’agriculture bio.

resize_plim-tranche-Edit

Une fois utilisée, il suffit de la plier et de la fermer grâce aux boutons pressions. Avant de les nettoyer, il faut les passer sous l’eau tiède et les mettre à laver à 40°C en machine. Rien de plus simple! J’ai même poussé l’expérience plus loin. Je suis en train de tester un pain de lessive pour voyager et j’ai lavé à la main mes PLIM avec ce pain. Elles sont comme neuves: pas de tâches.

Les protèges-slips et les serviettes PLIM ont une durée de vie moyenne de 5 ans. Autant dire que cet investissement est largement rentabilisé.

En alternative aux tampons et aux serviettes jetables, la cup et les protections hygiéniques lavables sont vraiment super. C’est effectivement un investissement sur le long terme (14 euros pour un protège-slip et 17 euros pour une serviette) mais c’est largement rentabilisé. On attend encore que les grandes marques de tampons et de serviettes donnent exactement la composition de leurs produits alors qu’on parle de plus en plus des chocs toxiques dûs aux tampons.

Il est aujourd’hui tout à  fait possible d’avoir un cycle zéro déchêt!!

Merci à PLIM pour toutes leurs informations et pour leurs super produits!! N’hesitez pas à aller faire un tour sur leur site PLIM  et à vous laisser tenter par leurs alternatives zéro déchêt.