Des ventouses pour soulager les douleurs liées au cycle menstruel

Comme vous le savez si vous avez fait un tour sur mon site ou sur mes réseaux sociaux, je suis atteinte d’endométriose. Je « gère » les douleurs liées à cette maladie de façon naturelle avec des plantes principalement, des compléments alimentaires, la méditation, le repos, une bouillotte et quand vraiment la douleur est trop difficile à supporter, je prends des médicaments (c’est rare!). J’ai décidé de retrouver un cycle naturel depuis le début de l’année et j’expérimente encore des techniques pour me soulager. J’ai rencontré un ostéopathe qui utilise les ventouses pour soulager les douleurs.

Après une grosse crise qui a duré plus de 10 jours, j’ai enchainé sur une péricardite (sympa les signes du corps) puis sur ma semaine de menstruations. J’étais à plat, au bout du rouleau, sans énergie. J’avais beaucoup de ma à rester éveillée plus de 3 heures d’affilées, à me lever le matin. Mon corps était vide et j’avais toujours cette sensation de lourdeur dans le bassin, de congestion.

Un peu plus d’un an était passé depuis ma dernière séance chez un ostéo, j’ai senti qu’il était temps pour moi d’y retourner. Après quelques recherches, je suis tombée sur le site de Vincent Grosdemouge situé à Anglet. Je ne vais pas vous mentir, j’avais vu passer des postes sur Instagram de plusieurs blogueurs locaux et leurs avis étaient plus que positifs. Ça m’a bien aidé à me décider pour prendre rendez-vous.

crédit photo: pixabay

Vincent est vraiment très gentil. Il a pris le temps de m’écouter et de me laisser exprimer mes troubles quotidiens. Quand il m’a proposé des ventouses, j’ai été un peu étonnée. Pour moi, les ventouses étaient posées par des acupuncteurs ou des médecins chinois mais pas un ostéopathe. Cette séance a été très instructive pour moi.

Pour commencer, la pause des ventouses n’est pas douloureuse et les marques laissées sur le corps disparaissent assez vite. Ensuite, c’est agréable de rester immobile pendant un certains temps. On a tendance à bouger, à aller vite, toujours plus vite sauf pour dormir (et encore!). Ce moment pour soi, sans bouger est reposant. Et pour finir, le résultat! Je suis sortie de la première séance comme flottant dans un gros nuage et suis allée me caler sur la canapé. Je n’en ai bougé que pour aller me coucher! Le lendemain, j’avais déjà retrouvé un peu d’énergie et je n’avais plus de sensations de congestion ni de lourdeur dans le bassin. Sensations que je n’ai plus depuis d’ailleurs.

Jusqu’à la deuxième séance, 3 semaines plus tard, l’énergie n’a fait qu’augmenter, les sensations ne sont pas revenues et je n’ai pas eu de grosses douleurs dans le bas-ventre.

La deuxième séance s’est très bien passée. L’énergie est toujours là et je suis toujours aussi légère au niveau du bassin. Autre chose que j’ai remarqué, je ne gonfle plus au niveau du ventre en phase post-ovulatoire, mon poids s’est stabilisé et j’ai beaucoup moins de troubles digestifs liés à mon alimentation (grande consommation de crudités et d’agrumes en ce moment).

Partant avec un a priori, je suis vraiment satisfaite d’avoir des résultats durables en si peu de temps. Je ne peux que vous conseillez de prendre rendez-vous avec Vincent pour vos troubles et désagréments qui peuvent vite nous empoisonner la vie.

Vous trouverez ses coordonnées ici! N’hésitez pas à le suivre sur Instagram car il met ses disponibilités de dernières minutes en story. C’est super pratique!

Mes dernières lectures – Avril

Je lis beaucoup, je ne peux pas m’endormir sans avoir lu, je pourrais passez mon temps le nez dans les livres… Depuis toute petite, la lecture fait partie de ma vie. Ce temps passé dans les livres a pu me jouer des tours mais je m’en fiche! Lire n’est pas du temps perdu pour moi, au contraire. Je ne conçois pas ma vie sans les livres. C’est un de mes plus gros poste de dépenses devant les vêtements! J’ai essayé de me raisonner mais c’est très difficile. J’achète au max d’occasion et je revends sur les plateforme comme Gibert ou Momox régulièrement. Ça m’a permis de réduire ma bibliothèque de plus de la moitié même si ça reste compliqué pour moi de me séparer d’un livre. J’ai aussi eu une liseuse en cadeau d’anniversaire il y a presque 3 ans. Je pensais que le papier allait me manquer mais j’aime avoir plusieurs livres à disposition. Lisant assez vite, j’étais souvent frustrée par le manque de nouveaux livres à commencer. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas! Je passe de la liseuse à un livre papier sans souci.

Tout ceci pour vous parler de mes dernières lectures:

Gardiennes de la Lune, vers la voie du féminin sauvage de Stéphanie Lafranque et Vic Oh

J’avais pré-commandé ce livre pour être sure de l’avoir à sa sortie et je ne regrette pas. Il est génial. Les illustrations sont magnifiques. Les explications sur les différentes phases du cycle lunaire sont très précises et l’association avec le cycle des femmes est vraiment très bien détaillée. J’ai aimé les divisions des lunes pleines et nouvelles chaque mois associées à une plantes et une déesse. Les rituels proposés trouvent leur place dans mon quotidien. Ce livre propose de vivre son féminin sacré et sauvage pleinement. À découvrir sans attendre.

Féminin Sacré, Rencontrez la déesse qui sommeil en vous de Mélissandre Lemonnier et Youlie dessine

Pour tout vous dire, je l’ai pris par hasard. J’ai aimé la couverture et je suis tombée sur la page « 29 jours pour s’éveiller à son féminin sacré », ça m’a plu! Les phases du cycle féminin sont très bien expliquées et représentées. Les informations sont interessantes et pertinentes pour quelqu’un qui veut se pencher sur ce sujet. J’ai aimé le parallèle masculin/féminin qui ne tape pas sur la patriarcat mais qui encourage chaque femme à vivre son féminin sacré, à trouver son équilibre et à incarner pleinement la femme qu’elle est. Les rituels proposés sont sympa à réaliser et offre chaque jour du temps pour soi. Les illustrations sont top!

La Tente Rouge d’Anita Diamant

Que dire… ça été une révélation sur ce que peut être la sororité, l’entraide, l’empowerment entre femmes. L’histoire racontée du point de vue féminin est celle du « viol de Dinah » que l’on peut trouver dans la Bible racontée d’un point de vue masculin. J’invite chaque femme à découvrir ce livre tellement bien écrit. J’ai aussi vu que l’on trouvait la série sur Netflix (the red tant) mais je n’ai pas encore pris le temps d’y jeter un oeil.

Sagesse et Pouvoirs du Cycle Féminin de Marie Pénélope Pérès et Sarah-Maria Leblanc

J’ai appris beaucoup de ce livre sur les plantes amies du cycle féminin et sur leurs différentes utilisations. La contraception est abordée de façon précise et les solutions naturelles proposées sont vraiment intéressantes. Les parties anatomie et physiologie sont très bien développées et permettent une bonne compréhension de ce qui se passe dans le corps de la femme. La partie « Vivre en harmonie avec mon cycle » propose des pistes, des astuces naturelles pour chaque phase du cycle et ça m’a beaucoup parlé. À découvrir!

Je lis actuellement le dernier livre de Gloria Steinem et attends avec impatience Femmes qui court avec les loups. Toutes ces lectures m’enrichissent personnellement et enrichissent ma manière d’accueillir et de travailler ma naturopathie avec les femmes. Chaque femme est unique et doit pouvoir vivre, incarner et honorer le femme qu’elle est.

Et vous, quelles sont vos lectures du moment?

DIY Macérat solarisé de calendula

J’ai profité du beau temps de ces derniers jours pour me préparer un macérat huileux pour ma peau sèche qui tiraille par moment. Pour ça, le calendula est parfait! Les fleurs de calendula ont des propriétés anti-inflammatoires intéressantes et elles sont aussi apaisantes. L’huile utilisée va adoucir et nourrir la peau tout en la protégeant.

Pour fabriquer votre macérât, il vous faut:

  • un pot en verre
  • des fleurs de calendula
  • de l’huile végétale neutre (pépins de raisin, olive, amande douce)

Mettez les fleurs dans votre pot en verre et couvrez-les d’huile. Fermez ensuite le pot et mettez le au soleil, derrière une fenêtre le temps de la macération.

Laissez le pot à la lumière du soleil pendant au moins 6 semaines. Remuez le mélange de temps en temps.

Au bout de 6 semaines, les pétales se seront détachés dans l’huile. Filtrez le tout puis versez votre macérat dans un contenant en verre. Vous pouvez le conserver 6 mois.

Ma to-do list du printemps!

Le printemps apporte un vent de renouveau. J’ai tendance à beaucoup ranger, faire du tri, à changer les meubles de place, à repeindre ce qui ne me plait plus…

Début avril, je prends toujours une semaine pour moi et uniquement pour moi! Cette année, je l’ai passé dans ma famille et j’en ai profité pour peindre mon bahut que je voulais ramener dans le sud-ouest et essayer de rattraper mon retard dans mes bouquins (raté!). Le bahut est peint, les livres s’amoncellent! J’attaque maintenant mes révisions pour mon examen de spécialiste en périnatalité le mois prochain et partage avec vous ma ta-do list (chargée) du printemps.

Crédit photographique: Pixabay
  • Semer mes radis et mes plantes médicinales sur mon balcon (j’adore les radis!)
  • Profiter des premiers déjeuners au soleil sur la terrasse
  • Les jours qui rallongent
  • Écouter ma grand-mère me dire « Attention, Avril ne te découvre pas d’un fil » alors que je suis déjà en tee-shirt et en tongs!
  • Ranger doucement les gros pulls bien chauds et sortir les robes plus légères
  • Attendre l’arrivée des premiers plans de tomates de l’AMAP
  • Déguster les premières fraises et les premières asperges sauvages
  • Profiter des jours encore gris et frais pour chiller devant Netflix et sa nouvelle série magnifique « Our Planet »
  • Les fleurs prennent place dans les jardins
  • Prendre le temps de déverrouiller doucement son corps endormi par l’hiver (soit rdv chez l’ostéo!)
  • Faire une cure de sève de bouleau pour se reminéraliser et nettoyer en douceur les émonctoires
Crédit photographique: Pixabay
  • Les fleurs des mimosa
  • Laisser les fenêtres ouvertes et sentir l’air chaud s’engouffrer dans l’appartement
  • Les premiers apéros dehors
  • Le retour des pique-nique à la plage avec les copains
  • La première glace de l’année!
  • Les ballades à vélo
  • Les projets de vacances avec les copines
  • Les projets pro en extérieur
  • … j’en oublie surement, comme d’habitude! Le printemps s’annonce plein de surprises.

J’arrête de gérer mes émotions

Est-ce que ça vous est déjà arrivé de ressentir une émotion désagréable et de faire comme si ce n’était rien? De ravaler et de tout faire pour arrêter de ressentir les sensations provoquées par cette émotion? De refouler cette émotions bien loin, de mettre un mouchoir dessus et de l’oublier?

Moi oui. Tout le temps. Je m’aperçois que je m’empêche de vivre mes émotions pour ne pas déranger, pour ne pas m’imposer, pour ne pas m’exprimer. Je gère mes émotions en fonction d’où je suis et avec qui je suis. Je m’adapte à la situation sans prendre en compte ce que je ressens, comme la plupart des personnes en fait.

Pourquoi? Parce que ça ne se fait pas, parce qu’exprimer ce que l’on ressent nous fait paraitre faible aux yeux des autres, parce que les émotions doivent rester « privées », parce qu’aussi c’est plus simple de faire l’autruche que de réfléchir à pourquoi cette émotion est présente à ce moment précis. Du coup, quand la cocotte est trop pleine, tout sort en même temps, pas forcément au bon endroit et pas dans le bon ordre non plus!

Aujourd’hui, j’ai commencé par faire de la méditation, il fait beau et j’ai bien avancé sur mon travail du jour. Mon mémoire est fini et est en relecture dans ma famille. J’avance sur mes révisions pour mon examens. Je travaille sur des projets pour les mois à venir. Bref, une journée normale sans stress. Sans aucun élément déclenchant extérieur, j’ai ressenti une vague de tristesse et de peur m’envahir. D’un coup, j’avais la sensation d’être enveloppé dans un brouillard épais, mon corps pesait dix tonnes et mon mental s’est mis à tourner à deux cent à l’heure avec une remontée violente de souvenirs tristes, de moments de peur et d’angoisse. Pourtant, rien ne présageait cette sortie en puissance de ce mal-être tapit au fond de moi.

Au lieu de faire comme d’habitude, de mettre un mouchoir dessus, j’ai arrêté ce que j’étais en train de faire et je me suis allongée par terre. J’ai fermé les yeux et pris le temps d’accueillir tout ce qui remontait et qui avait besoin de sortir. J’ai imaginé que ces émotions violentes et douloureuses étaient de grosses boites noires en train de déborder. Mentalement, j’ai pensé « ok, je ressens ces émotions au plus profonds de moi. Je sais que vous êtes là et que vous avez besoin de sortir. » Pendant quelques minutes, je me suis concentrée sur ma respiration en me répétant « J’inspire de la lumière et j’expire toutes les émotions que je ne veux pas garder. » Ça m’a pris dix minutes pour expirer et faire partir toutes ces émotions. J’ai tranquillement ouvert les yeux et me suis levée soulager et plus légère.

Au lieu de rejeter ces émotions, j’ai fait le choix de les vivre, de les reconnaitre, de prendre conscience qu’elles étaient juste transitoires pour qu’elles ne me contrôlent pas. Les laisser s’exprimer et s’évaporer a été ma plus belle expérience de la journée. Je voulais la partager avec vous.

À partir d’aujourd’hui, je vis mes émotions, je ne les gère plus.

Mes 5 aliments healthy de l’hiver

Mon arme antifatigue: le kiwi

Ce petit fruit est une très bonne source de vitamine C (90 mg pour 100g). Cette vitamine aux propriétés antioxydantes nous procure de l’énergie, lutte contre la fatigue et nous aide à combattre les infections.

Ma dose: un kiwi par jour minimum pour passer une bonne journée!

Ma touche de green: les épinards

J’ai une très grande passion pour les jus de légumes. Je mélange souvent des épinards à d’autres légumes et fruits. C’est une autre façon des les consommer. Comme beaucoup de légumes à feuilles vertes, ils sont très riches en vitamines du groupe B qui sont nécessaires à notre bien-être émotionnel mais aussi à notre sommeil.

Crédit photographique: Pixabay

Ma dose: cru, cuit, en jus mais toujours bio! Plusieurs fois par semaine et si je n’en ai pas sous la main, je remplace par du chou kale, des blettes ou du chou vert.

Ma touche colorée: la patate douce

J’adore ce légume! Elle est riche en vitamine du groupe B (B2, B5 et B6) qui jouent un rôle important dans notre équilibre nerveux. C’est aussi une très bonne source de potassium.

Crédit photographique: Pixabay

Ma dose: une fois par semaine, en purée, en frites, au four…

Mon concentré de lumière: le miel

C’est ce que je consomme le plus peu importe la saison. C’est une source de minéraux et d’oligo-éléments très importante. Il contient du magnésium, du zinc, du potassium, du manganèse, du soufre mais aussi des vitamines et certaines enzymes qui vont booster notre microbiote. Et un microbiote boosté, c’est un système immunitaire au top. Le miel est aussi intéressant en cas de maux de gorge car il soulage immédiatement.

Crédit photographique : Pixabay

Ma dose: au minimum 2 cuillères à café par jour que j’associe à du pollen de fleur frais.

Mon joker aux céréales habituelles: le quinoa

C’est la seule plante riche en protéines qui contient tous les acides aminés dont le corps a besoin. Pas besoin donc de l’associer à une autre céréales pour avoir un repas végétarien complet. Le quinoa est très riche en magnésium, ce qui est intéressant pour notre équilibre émotionnel, une bonne gestion du stress et des nuits de sommeil réparateur. On trouve aussi du tryptophane comme dans les bananes qui a une action sur notre production de sérotonine: l’hormone de la bonne humeur! Pourquoi s’en priver?

Crédit photographique : Pixabay

Ma dose: deux fois par semaine associé à des légumes cuits ou alors en salades avec des crudités. J’en mets de temps en temps une cuillère dans ma soupe pour avoir un repas complet. Le quinoa remplace une protéine animale (viande, poisson, oeufs, fromages, produits laitiers).

Et vous, quel sont vos aliments healthy de l’hiver?