Consommer responsable à l’arrivée d’un enfant, c’est possible

Budget serré, convictions écologiques et/ou personnelles, envie de faire différemment… L’arrivée d’un enfant dans un couple est un grand bouleversement qui engendre de nombreuses dépenses. Bien sur que si l’on désire tout acheter neuf, c’est largement faisable. De nombreux magasins et sites web de puériculture propose tout un tas d’objets « indispensables » à la venue de cet enfant.

On peut avoir tendance à tout vouloir neuf, à surcharger les listes de naissances de choses dont on ne se servira pas, de vêtements qui ne seront pas mis forcément, « d’au cas où »… D’autres solutions existent, plus écologiques, plus respectueuses de l’environnement et plus économiques.

Il ne s’agit pas ici de culpabiliser les futurs parents qui souhaitent tout acheter neuf pour accueillir leur enfant. Chacun fait comme il veut et comme il peut. La démarche de choisir au maximum du seconde main nous est personnelle. Il n’y a pas de démarche parfaite ou meilleure qu’une autre. Je respecte les convictions et les démarches de chacun.

Prêt et location de matériel

Certaines associations prêtent ou louent du matériel de puériculture pour un montant dérisoire par rapport au prix d’achat neuf et à la durée d’utilisation du matériel. Renseignez-vous auprès de votre commune, de la CAF qui ont des contacts dans ces associations.

J’ai trouvé aussi des associations qui prêtent des couches lavables et je trouve cette idée géniale car on peut être un peu perdu au début. J’avoue avoir cherché beaucoup d’infos sur le web sur les couches lavables mais être noyées sous toutes ces infos. Pouvoir se retourner vers une association où l’on donne des conseils pratiques et où l’on peut poser toutes les questions qui nous passent par la tête et échanger est très pratique et intéressant.

Prêt et don entre amis et famille

Les amis et la famille ont souvent des trésors cachés qui peuvent vous servir. On s’en fiche que le transat ait servi pour tous les petits de la famille tant qu’il est en bon état et toujours sécuritaire. Pareil pour les vêtements qui sont souvent mis une ou deux fois, qui ne sont pas abimés et qui peuvent servir encore.

Les sites web de vente d’occasion

Vous trouverez des jolies pépites sur internet. Vinted, Le Bon Coin, Marketplace regorgent de lot de vêtements, de matériel de puériculture en bon état voire neuf pour des prix intéressants.

Les magasins d’occasions, les dépôts-ventes, les vide-poussettes

Vous pouvez trouvez aussi dans les dépôts-ventes des choses dont vous avez besoin en bon état. Il faut prendre le temps de fouiller et aimer ça! Ça vaut le coup de se lever un peu plus tôt le dimanche pour aller faire un tour aux vide-poussettes autour de chez vous pour dénicher ce que vous désespériez de trouver.

Tenter de réaliser des créations

Les lingettes jetables sont facilement remplaçables par des lingettes en tissus et réalisables. Dans votre entourage, il y a surement une couturière à ses heures perdues ou un amis fan de tricot qui se fera un plaisir de vous aider à réaliser de jolies créations (lingettes, vide-poche, gilet, bonnet, chaussons…). Vous pouvez aussi vous lancer dans la fabrication de lingettes, de couverture ou de bonnet après un cours de couture ou une après-midi passée en compagnie de tricoteuses!

Comment ne pas se surcharger d’objets dont on ne va pas ou peu se servir?

Le mot d’ordre est ORGANISATION!

Personnellement, j’ai demandé à mes amis qui ont déjà des enfants ce qu’ils trouvaient vraiment nécessaire, ce dont ils ne se sont pas passés et ce qu’ils trouvaient inutiles. J’ai ensuite pris le temps de faire une liste de ce qui me paraissait nécessaire pour moi. J’ai comparé les listes et suis allée ensuite me renseigner sur le web. Mon compagnon et moi avons pris le temps de voir ce qui était important pour nous et avons commencé à rechercher ce qu’on voulait en seconde main.

Nos amis ont aussi vidé leur garage et les armoires de leurs petits. Nous avons donc des vêtements pour anticiper les pics de croissance de la grenouille.

Je tiens un carnet avec ce dont nous avons besoin que je mets à jour à chaque fois qu’il se remplis, qu’on nous offre un cadeau ou que l’on trouve notre bonheur. Par exemple, il nous manque des pyjamas en 1 mois. J’axe ma recherche sur ces pyjamas. Au niveau de la quantité, j’essaie de calculer pour avoir une dizaine de pièces pour ne pas passer mes journées à faire tourner le lave-linge tout en pouvant changer en cas d’incidents.

J’ai investi dans une machine à coudre et ai demandé de l’aide aux amies couturières qui m’entourent. J’ai pu réaliser des lingettes, des couvertures et des bavoirs. Je laisse le tricot aux membres de ma famille qui sont plus doués que moi! J’ai commencé des chaussons mais ça n’a pas été une grande réussite!

Nous avons mis sur la liste de naissance ce que nous ne trouvons pas autour de nous en seconde main. Notre famille étant éparpillée, nous les encourageons à chercher autour d’eux ce qui nous manque en seconde main si c’est possible et s’il le veule.

Notre démarche de ne pas surconsommer, d’acheter en seconde main et de limiter notre empreinte écologique est « notre problème ». Si la famille veut adhérer, c’est avec plaisir mais ce n’est pas une obligation.

Pour ce qui est de ce que nous n’avons pas trouvé en seconde main, nous l’achèterons neuf. Ça concerne le siège auto car ça nous paraissait logique d’avoir un produit sécuritaire et au norme ainsi que le matelas du lit cododo. Je n’achèterais pas un matelas pour moi d’occasion donc ça parait normal d’en prendre un neuf pour la grenouille.

4 bonnes habitudes pendant le deuxième trimestre de grossesse

Après un premier trimestre où fatigue et petits maux ont pu vous malmener et modifier votre quotidien, le deuxième trimestre arrive presque comme un sauveur. Après avoir pris de bonnes habitudes au premier trimestre, il est important de continuer sur la bonne voie pour arriver en forme le jour de la rencontre avec votre bébé.

Bougez, bougez, bougez

Continuez à avoir une activité physique régulière ou instaurez une routine d’activité douce pour ne pas perdre la forme. Il est important de faire au moins 30 minutes de marche minimum par jour. Si vous voulez vous y mettre, tournez-vous vers une activité adaptée à votre état comme le yoga prénatal, le pilates prénatal, la piscine ou la marche. Faites-vous encadrer par un coach diplômé pour ne pas vous faire mal et ne pas prendre de mauvaises positions.

Profitez de bons moments en couple

La fatigue se fait moins ressentir, profitez de ces moments pour prendre du temps pour vous et votre partenaire. Allez au resto en amoureux, prévoyez-vous un week-end sympa, une petite escapade pour profiter de bons moments sans aborder le sujet bébé à chaque instant.

L’organisation après la naissance, la liste des objets dont vous aurez besoin, les potentiels prénoms… laissez tous ce qui vous stressent, vous posent problème, laissez vos tracas derrière vous et profitez de ce temps à deux.

Alimentez-vous sainement

Au deuxième trimestre, le corps a besoin de 250 Kcalorie supplémentaires par jour. Pas besoin de manger plus, l’intestin s’adapte à ce nouveau besoin et va devenir « plus perméable » pour assimiler plus de calories. Par conséquent, manger mieux est très important pour apporter des protéines, des glucides et des lipides de qualité à votre bébé.

Misez sur les légumineuses, les céréales complètes, les fruits et les légumes de saison, les bonnes huiles et les oléagineux pour combler votre appétit et éviter de vous jeter sur la première religieuse au chocolat à votre vue tous les jours!

Prenez du temps pour vous et découvrez votre bébé

Prenez du temps pour vous, pour voir vos amis, pour aller prendre un thé en terrasse, pour aller vous balader dans la nature. C’est le moment de profiter pour faire ce dont vous avez besoin et envie de faire pour être bien.

Ce temps pour vous est important pour vivre ces grands bouleversements.

Prenez le temps de faire des pauses et de vous connecter à votre bébé. Ses mouvements commencent à être perceptibles par vous et votre partenaire. Ces premiers moments sont importants et resteront graver dans votre mémoire.

4 bonnes habitudes pour démarrer le 1er trimestre de grossesse

Vous venez de découvrir que vous êtes enceinte? Vous prenez peu à peu conscience de tout ce que votre corps est en train de créer dans votre utérus, de fabriquer un petit être vivant et de s’adapter à la grossesse.

Votre corps va fabriquer pendant la grossesse un très grand nombre de cellules pour créer les organes, les nerfs, les os, la peau, les glandes de votre bébé, le placenta, le liquide amniotique, mais aussi le nécessaire pour augmenter le poids de l’utérus ainsi que le volume sanguin. Il va aussi devoir remplacer les cellules des reins et du foie qui vont travailler plus pour gérer les déchets d’un nouvel être vivant en plus de vous.

Plutôt vous mettrez en place de bonnes habitudes pour prendre soin de vous, de votre santé et de la santé du bébé, plus vous aurez des bases solides tout au long de la grossesse.

Vous allez traverser de nombreux bouleversements physiques et émotionnels. De bonnes bases vous permettront de soutenir votre corps face à ces changements.

Soignez votre alimentation

L’alimentation est la base d’une bonne santé.

Il est temps de mettre en place de bonnes habitudes alimentaires. Vous devez mangez deux fois mieux, pas deux fois plus. Vous avez besoin de bons nutriments pour éviter les carences qui se trouvent principalement dans les fruits et légumes frais.

Consommez chaque jour des aliments frais, entiers: des fruits et légumes de saison crus et cuits arrosés d’une bonne dose d’huiles végétales, des céréales complêtes et des légumineuses. Mangez raisonnablement de la viande de bonne qualité et des poissons gras. Ajoutez un peu d’oléagineux.

La capacité d’adaptation de votre corps dépend de ce dont vous lui apporter. Tous les efforts que vous ferez pendant cette période vous permettra de prendre de bonnes habitudes qui perdureront et qui auront un impact sur votre santé mais vous transmettrez aussi le meilleur à votre enfant pour qu’il se développe.

Essayez de gérer les maux à l’aide de moyens naturels

Vous allez peut-être souffrir de nausées, de constipation, ou d’autres maux qui peuvent vous déranger. Votre corps travaille pour que votre bébé ait tout ce dont il a besoin pour qu’il se développe au mieux. Tout ces efforts occasionnent de la fatigue.

Écoutez votre corps et votre intuition et offrez-lui le meilleur.

Prenez le temps de vous reposer.

Bougez dès que vous pouvez

Il est important de garder une activité physique douce et régulière pour entretenir votre corps. La grossesse n’est pas un état pathologique. S’il n’y a aucune contre-indication à faire du sport, prenez le temps de marche, nager, faire du yoga prénatal, ou une autre activité qui vous motive.

Instaurez une routine sportive de 30 minutes chaque jour pour être en forme.

Prenez du temps pour vous

C’est le moment d’être connectée à vos ressentis et à vos besoins.

Si vous avez besoin de dormir, prenez le temps de faire une sieste.

Si vous avez besoin d’aller vous promener au calme, allez-y.

Si vous avez faim, mangez.

Si vous vous sentez dépasser par vos émotions, n’hésitez pas à trouver une personne bienveillante qui saura vous écouter, pleurez si vous en ressentez le besoin. Ne gardez pas vos doutes, vos troubles pour vous. Osez demander de l’aide car il n’y aucune honte. Au contraire, c’est une belle preuve de confiance et de force.

La grossesse est pleine de bouleversements. Entourez-vous des belles personnes bienveillantes en qui vous avez confiance et à qui vous pouvez ouvrir votre coeur. 

Téléchargez mon ebook gratuit une grossesse au naturel ici!

Se protéger des parasites émotionnels pendant la grossesse

Un constat fait par bon nombre de femmes: quand on annonce sa grossesse, notre vie, notre ventre, tout ce que nous faisons, mangeons, disons, tombe dans le domaine public.

Je m’explique. L’entourage sous couvert de bienveillance va raconter les expériences bonnes mais souvent mauvaises vécues, parce que c’est bien connu, l’homme se concentre plus sur le négatif que sur le positif. Des personnes que vous connaissez de vue vont venir ajouter leurs conseils et expériences par dessus. C’est toujours mieux de rajouter une couche! Et puis des personnes que vous ne connaissez pas, que vous allez croiser croiser une fois dans la rue, au restaurant ou dans une salle d’attente, vont aussi aller de leurs expériences, vouloir toucher le ventre… Chacun y va de son commentaire, de son expérience sans se soucier, qu’en face, il y a un être humain avec des émotions, des sentiments qui se prend « ça » en pleine face sans l’avoir demandé et qui va devoir faire avec. Je trouve ces comportements d’une violence.

« Je ne vous connais pas mais j’aimerais bien toucher votre ventre, ça porte bonheur! » Les femmes se transforment en lampe magique à chaque grossesse, c’est génial!

Personnellement, je trouve ce non-échange (car c’est un non-échange les personnes s’écoutent parler, racontent leurs expériences, n’écoutent pas la personne en face et balancent leurs trucs sans se soucier de qui va réceptionner ça) très dérangeant. Souvent, cette discussion n’a pas lieu d’être car la femme enceinte ou le couple n’a rien demandé à la personne qui lache sa bombe.

Comment faire pour se protéger de ses bombes qui vont nous secouer tout au long de la grossesse sans le vouloir?

Ne pas hésiter à couper court à la conversation qui vous dérange et à partir

Oui vous avez le droit de dire STOP, je ne veux pas entendre ça car ça ne m’intéresse pas/ tu as vécu ton expérience mais elle est différente pour chaque couple/ merci pour ce partage mais je m’en fou/ merci mais non merci. N’hésitez pas non plus à vous éloigner des personnes. Toute excuse est acceptable. Comme m’a dit mon ostéo ce matin: « je dois y aller, j’ai aquaponey est une excuse valable! ». Avant, je disais que j’allais à l’aquaponey pour aller boire un verre avec mes copines tranquille, maintenant c’est pour m’extirper de situations hallucinantes.

Vous allez peut-être passer pour quelqu’un de complètement en dehors de la réalité, qui ne veut rien écouter, surement à cause des hormones (il faut bien trouver un coupable!) mais il faut passer au-dessus de ces réflexions. Vous faites ce qui vous parait le mieux pour vous au moment présent et vous avez le droit de ne pas subir le comportement des autres.

La méditation et la sophrologie à votre secours

Ces deux techniques sont d’une grande aide pour se mettre dans sa bulle pour se protéger de la négativité, garder son calme quand c’est nécessaire et rester centré sur soi. Ça ne veut pas dire que vous êtes égoïste, égocentrique et déconnecté de la réalité. Au contraire, c’est une façon de prendre soin de vous en vous protégeant des paroles, des actes des autres.

Se débarrrasser de ce que vous avez entendu et qui vous a heurté

Prenez une feuille de papier et écrivez tout ce que l’on vous a dit et fait qui vous a blessé, heurté, chamboulé. Bref, tout ce que vous n’avez pas apprécié d’entendre ou voir, même ce qui vous parait le plus insignifiant. Brûlez ensuite cette feuille de papier et jettes les cendres à l’extérieur de chez vous ou dans les toilettes. Mettre par écrit ce qui vous a perturbé est une étape pour vous détacher de ça. Brûler la feuille est symbolique. Ceci ne vous appartient pas donc vous vous en débarrassez.

Exprimez vos ressentis

Exprimer ses sentiments est important au quotidien. Nous ressentons tous des sentiments et des émotions différents dans une même situation. Prenez le temps de parler de vos ressentis avec votre partenaire, des amis bienveillants ou un thérapeute. Il n’y a pas de honte à être bouleversé par des paroles ou des actes. Plus vous vivrez vos émotions et plus pourrez les traverser au mieux sans qu’elles aient un impact négatifs sur vous et dans votre quotidien.

Ce n’est pas parce que vous êtes enceinte qu’on peut tout vous dire et que vous devez tout entendre. Entourez-vous d’amis et de membre de votre famille positifs qui vous apportent une vraie aide, un vrai soutien dans cette période qui est vécues différemment d’une femme à une autre car chaque personne est différente. Il est grand temps de le rappeler.

À toutes les femmes qui ont passé une partie de leur grossesse la tête dans la cuvette…

A toutes les femmes enceintes, les futures mères et celles qui ont passé une partie ou la totalité de leur grossesse la tête dans la cuvette des toilettes à vomir, vous êtes des warriors.

Vous avez traversé avec force et courage les désagréments (nausées, vomissements) gênants et épuisants, en vous disant que ces nausées allaient bien finir par s’atténuer. Vous avez supporté les petites phrases mordantes et piquantes sous couvert de bienveillance de votre entourage et du personnel médical. Vous avez parfois pleuré, été malheureuse alors que « la grossesse est une période magnifique voyons. C’est juste un mauvais moment à passer! ».

Vous êtes des nanas au top.

On a pu vous reprocher votre régime alimentaire quotidien si vous êtes végétarienne, vegan ou autres.

« Tu vomis parce que tu ne manges pas de viandes. » « Si tu faisais comme tout le monde, tu serais en meilleure santé. » « C’est pas avec des graines que tu vas le nourrir ce petit. »

On a pu vous juger sur votre façon de vous nourrir pendant cette période si difficile.

« Force-toi un peu! » Comme si je n’y avais pas pensé toute seule, merci pour ta perspicacité!! « Si tu ne manges pas plus, c’est ton bébé qui va en souffrir. » ou la fameuse phrase « Ça vaut le coup de se forcer quand on sait le bonheur qu’il y a au bout! ». Pour l’instant, je vis la tête dans les toilettes et le bonheur au bout, je ne le vois pas.

On a pu vous juger sur ce que vous ressentez.

« Malheureuse? Comment peux-tu dire ça? Ton enfant entendant ce que tu dis, il va être content avec une mère pareille… » Ah la compassion, la bienveillance, l’écoute…

Vous avez le droit de vous sentir épuisée, dépassée, anxieuse, déprimée, malheureuse… ou tout ça à la fois. Vous avez le droit d’exprimer ce que vous ressentez même si, effectivement, ça ne colle pas du tout avec l’image idyllique de la grossesse que l’on voit partout sur les réseaux sociaux. Vous avez le droit de pleurer parce qu’au bout du troisième renvoi de la journée, vous pouvez en avoir marre. Vous avez le droit de ne plus pouvoir voir une compote en peinture parce que c’est le seul truc qui veut bien rester dans votre estomac. Vous avez le droit de ressentir tout ce que vous ressentez sans vous sentir coupable. Vous avez le droit de demander de l’aide à une personne qui vous écoute vraiment et qui vous soutient dans votre entourage ou pas. Vous avez le droit de ne pas répondre aux appels ni aux messages si vous savez que vous allez devoir vous justifier dix fois en 3 minutes sur votre état. Vous avez le droit d’envoyer bouler les personnes qui vous saoulent avec leurs conseils. Vous avez le droit de ne pas avoir envie d’entendre pour la cinquième fois que votre copine, votre mère ou votre soeur a eut une grossesse sans nausée ni vomissement et qu’elle ne comprend pas comment vous pouvez être aussi malade parce qu’être enceinte « c’est pas une maladie ». Vous avez le droit de refuser un repas de famille ou entre amis sans vous justifier. Vous avez le droit de rester au calme chez vous.

Vous avez le droit de garder espoir, de vous dire que cette mauvaise période va passer et que tout ira mieux après.

En fait, vous avez le droit de faire comme bon vous semble, de suivre votre instinct sans écouter ni vous justifier auprès d’autres personnes. Vous seule savez ce qui est bon pour vous et pour votre petit être en devenir. Vous aurez peut-être besoin à un moment d’une oreille attentive, d’une main qui vous caresse, d’une épaule qui vous soutientou pas! Faites ce qui vous parait le mieux pour vous à l’instant. Surtout n’oubliez pas que vous êtes une nana géniale, forte et courageuse.

Accompagner une grossesse avec la naturopathie

On me demande souvent ce que peut faire un naturopathe pour accompagner un couple pendant une grossesse. Je partage mes axes de travail lors d’accompagne de grossesse. L’objectif étant que la femme soit libre d’exprimer ses envies, ses contraintes et ce qu’elle désire mettre en place pour vivre le plus sereinement possible cette grossesse.

L’attention se porte souvent sur la femme enceinte mais le compagnon ou la compagne est aussi là et vit cette nouvelle étape de leur vie de couple. Il faut intégrer cela à la consultation et donner les informations aux deux personnes car le compagnon ou la compagne aura aussi les clefs pour soulager et accompagner la femme enceinte dans cette grossesse.

Alimentation

On entend souvent que pendant la grossesse, il faut manger deux fois plus mais pas du tout: il faut manger deux fois mieux! Le corps subit beaucoup de transformation pendant ces neuf mois, il a des besoins supplémentaires en vitamines et en minéraux pour fonctionner normalement et pour apporter au foetus ce dont il a besoin pour se développement. Il faut donc être vigilant sur la qualité des produits consommés, sur la quantité et la qualités des graisses, des protéines et des sucres ingérés. S’ajoute à cela, la liste des aliments que les femmes ne peuvent pas consommer pendant la grossesse. Il faut parfois faire un point alimentation et trouver un planning alimentaire qui permet d’éviter les carences tout en se faisant plaisir.

Bien-être

C’est important de se sentir bien et de prendre soin de son corps au quotidien. Lors de la grossesse, la peau peu subir quelques désagréments comme l’apparition de vergetures, d’un masque de grossesse, des boutons d’acné. Avoir les bons produits naturels, les bonnes recettes de cosmétiques home-made, les propriétés des huiles végétales permet d’avoir toutes les cartes en main pour faire les bons choix et prendre le temps de s’occuper de ses petits désagréments.

crédit photographique : pixabay

Soulagements des petits tracas au naturel

Cette période de grands bouleversements peut occasionner des tracas que l’on peut soulager de façon naturel comme les angoisses, les troubles de la circulation, les troubles du transit, les crampes, certaines douleurs articulaires ou musculaires, la prévention des nausées,… La naturopathie aide aussi à soulager ces maux de grossesse.

Accompagner et vivre sereinement le bouleversement émotionnel

Cette période de bouleversements physiques s’accompagne aussi de bouleversements émotionnels. Le stress, l’anxiété et parfois les angoisses peuvent prendre beaucoup d’importance dans le quotidien. Il est important de vivre ces émotions, de les laisser s’exprimer sans les laisser s’imprimer et s’ancrer dans le quotidien. Avoir un soutien émotionnel, s’aider de la respiration, de techniques de relaxation permet de mieux vivre ces émotions et de retrouver le calme.

crédit photographique : pixabay