4 bonnes habitudes pour démarrer le 1er trimestre de grossesse

Vous venez de découvrir que vous êtes enceinte? Vous prenez peu à peu conscience de tout ce que votre corps est en train de créer dans votre utérus, de fabriquer un petit être vivant et de s’adapter à la grossesse.

Votre corps va fabriquer pendant la grossesse un très grand nombre de cellules pour créer les organes, les nerfs, les os, la peau, les glandes de votre bébé, le placenta, le liquide amniotique, mais aussi le nécessaire pour augmenter le poids de l’utérus ainsi que le volume sanguin. Il va aussi devoir remplacer les cellules des reins et du foie qui vont travailler plus pour gérer les déchets d’un nouvel être vivant en plus de vous.

Plutôt vous mettrez en place de bonnes habitudes pour prendre soin de vous, de votre santé et de la santé du bébé, plus vous aurez des bases solides tout au long de la grossesse.

Vous allez traverser de nombreux bouleversements physiques et émotionnels. De bonnes bases vous permettront de soutenir votre corps face à ces changements.

Soignez votre alimentation

L’alimentation est la base d’une bonne santé.

Il est temps de mettre en place de bonnes habitudes alimentaires. Vous devez mangez deux fois mieux, pas deux fois plus. Vous avez besoin de bons nutriments pour éviter les carences qui se trouvent principalement dans les fruits et légumes frais.

Consommez chaque jour des aliments frais, entiers: des fruits et légumes de saison crus et cuits arrosés d’une bonne dose d’huiles végétales, des céréales complêtes et des légumineuses. Mangez raisonnablement de la viande de bonne qualité et des poissons gras. Ajoutez un peu d’oléagineux.

La capacité d’adaptation de votre corps dépend de ce dont vous lui apporter. Tous les efforts que vous ferez pendant cette période vous permettra de prendre de bonnes habitudes qui perdureront et qui auront un impact sur votre santé mais vous transmettrez aussi le meilleur à votre enfant pour qu’il se développe.

Essayez de gérer les maux à l’aide de moyens naturels

Vous allez peut-être souffrir de nausées, de constipation, ou d’autres maux qui peuvent vous déranger. Votre corps travaille pour que votre bébé ait tout ce dont il a besoin pour qu’il se développe au mieux. Tout ces efforts occasionnent de la fatigue.

Écoutez votre corps et votre intuition et offrez-lui le meilleur.

Prenez le temps de vous reposer.

Bougez dès que vous pouvez

Il est important de garder une activité physique douce et régulière pour entretenir votre corps. La grossesse n’est pas un état pathologique. S’il n’y a aucune contre-indication à faire du sport, prenez le temps de marche, nager, faire du yoga prénatal, ou une autre activité qui vous motive.

Instaurez une routine sportive de 30 minutes chaque jour pour être en forme.

Prenez du temps pour vous

C’est le moment d’être connectée à vos ressentis et à vos besoins.

Si vous avez besoin de dormir, prenez le temps de faire une sieste.

Si vous avez besoin d’aller vous promener au calme, allez-y.

Si vous avez faim, mangez.

Si vous vous sentez dépasser par vos émotions, n’hésitez pas à trouver une personne bienveillante qui saura vous écouter, pleurez si vous en ressentez le besoin. Ne gardez pas vos doutes, vos troubles pour vous. Osez demander de l’aide car il n’y aucune honte. Au contraire, c’est une belle preuve de confiance et de force.

La grossesse est pleine de bouleversements. Entourez-vous des belles personnes bienveillantes en qui vous avez confiance et à qui vous pouvez ouvrir votre coeur. 

Téléchargez mon ebook gratuit une grossesse au naturel ici!

Se protéger des parasites émotionnels pendant la grossesse

Un constat fait par bon nombre de femmes: quand on annonce sa grossesse, notre vie, notre ventre, tout ce que nous faisons, mangeons, disons, tombe dans le domaine public.

Je m’explique. L’entourage sous couvert de bienveillance va raconter les expériences bonnes mais souvent mauvaises vécues, parce que c’est bien connu, l’homme se concentre plus sur le négatif que sur le positif. Des personnes que vous connaissez de vue vont venir ajouter leurs conseils et expériences par dessus. C’est toujours mieux de rajouter une couche! Et puis des personnes que vous ne connaissez pas, que vous allez croiser croiser une fois dans la rue, au restaurant ou dans une salle d’attente, vont aussi aller de leurs expériences, vouloir toucher le ventre… Chacun y va de son commentaire, de son expérience sans se soucier, qu’en face, il y a un être humain avec des émotions, des sentiments qui se prend « ça » en pleine face sans l’avoir demandé et qui va devoir faire avec. Je trouve ces comportements d’une violence.

« Je ne vous connais pas mais j’aimerais bien toucher votre ventre, ça porte bonheur! » Les femmes se transforment en lampe magique à chaque grossesse, c’est génial!

Personnellement, je trouve ce non-échange (car c’est un non-échange les personnes s’écoutent parler, racontent leurs expériences, n’écoutent pas la personne en face et balancent leurs trucs sans se soucier de qui va réceptionner ça) très dérangeant. Souvent, cette discussion n’a pas lieu d’être car la femme enceinte ou le couple n’a rien demandé à la personne qui lache sa bombe.

Comment faire pour se protéger de ses bombes qui vont nous secouer tout au long de la grossesse sans le vouloir?

Ne pas hésiter à couper court à la conversation qui vous dérange et à partir

Oui vous avez le droit de dire STOP, je ne veux pas entendre ça car ça ne m’intéresse pas/ tu as vécu ton expérience mais elle est différente pour chaque couple/ merci pour ce partage mais je m’en fou/ merci mais non merci. N’hésitez pas non plus à vous éloigner des personnes. Toute excuse est acceptable. Comme m’a dit mon ostéo ce matin: « je dois y aller, j’ai aquaponey est une excuse valable! ». Avant, je disais que j’allais à l’aquaponey pour aller boire un verre avec mes copines tranquille, maintenant c’est pour m’extirper de situations hallucinantes.

Vous allez peut-être passer pour quelqu’un de complètement en dehors de la réalité, qui ne veut rien écouter, surement à cause des hormones (il faut bien trouver un coupable!) mais il faut passer au-dessus de ces réflexions. Vous faites ce qui vous parait le mieux pour vous au moment présent et vous avez le droit de ne pas subir le comportement des autres.

La méditation et la sophrologie à votre secours

Ces deux techniques sont d’une grande aide pour se mettre dans sa bulle pour se protéger de la négativité, garder son calme quand c’est nécessaire et rester centré sur soi. Ça ne veut pas dire que vous êtes égoïste, égocentrique et déconnecté de la réalité. Au contraire, c’est une façon de prendre soin de vous en vous protégeant des paroles, des actes des autres.

Se débarrrasser de ce que vous avez entendu et qui vous a heurté

Prenez une feuille de papier et écrivez tout ce que l’on vous a dit et fait qui vous a blessé, heurté, chamboulé. Bref, tout ce que vous n’avez pas apprécié d’entendre ou voir, même ce qui vous parait le plus insignifiant. Brûlez ensuite cette feuille de papier et jettes les cendres à l’extérieur de chez vous ou dans les toilettes. Mettre par écrit ce qui vous a perturbé est une étape pour vous détacher de ça. Brûler la feuille est symbolique. Ceci ne vous appartient pas donc vous vous en débarrassez.

Exprimez vos ressentis

Exprimer ses sentiments est important au quotidien. Nous ressentons tous des sentiments et des émotions différents dans une même situation. Prenez le temps de parler de vos ressentis avec votre partenaire, des amis bienveillants ou un thérapeute. Il n’y a pas de honte à être bouleversé par des paroles ou des actes. Plus vous vivrez vos émotions et plus pourrez les traverser au mieux sans qu’elles aient un impact négatifs sur vous et dans votre quotidien.

Ce n’est pas parce que vous êtes enceinte qu’on peut tout vous dire et que vous devez tout entendre. Entourez-vous d’amis et de membre de votre famille positifs qui vous apportent une vraie aide, un vrai soutien dans cette période qui est vécues différemment d’une femme à une autre car chaque personne est différente. Il est grand temps de le rappeler.

À toutes les femmes qui ont passé une partie de leur grossesse la tête dans la cuvette…

A toutes les femmes enceintes, les futures mères et celles qui ont passé une partie ou la totalité de leur grossesse la tête dans la cuvette des toilettes à vomir, vous êtes des warriors.

Vous avez traversé avec force et courage les désagréments (nausées, vomissements) gênants et épuisants, en vous disant que ces nausées allaient bien finir par s’atténuer. Vous avez supporté les petites phrases mordantes et piquantes sous couvert de bienveillance de votre entourage et du personnel médical. Vous avez parfois pleuré, été malheureuse alors que « la grossesse est une période magnifique voyons. C’est juste un mauvais moment à passer! ».

Vous êtes des nanas au top.

On a pu vous reprocher votre régime alimentaire quotidien si vous êtes végétarienne, vegan ou autres.

« Tu vomis parce que tu ne manges pas de viandes. » « Si tu faisais comme tout le monde, tu serais en meilleure santé. » « C’est pas avec des graines que tu vas le nourrir ce petit. »

On a pu vous juger sur votre façon de vous nourrir pendant cette période si difficile.

« Force-toi un peu! » Comme si je n’y avais pas pensé toute seule, merci pour ta perspicacité!! « Si tu ne manges pas plus, c’est ton bébé qui va en souffrir. » ou la fameuse phrase « Ça vaut le coup de se forcer quand on sait le bonheur qu’il y a au bout! ». Pour l’instant, je vis la tête dans les toilettes et le bonheur au bout, je ne le vois pas.

On a pu vous juger sur ce que vous ressentez.

« Malheureuse? Comment peux-tu dire ça? Ton enfant entendant ce que tu dis, il va être content avec une mère pareille… » Ah la compassion, la bienveillance, l’écoute…

Vous avez le droit de vous sentir épuisée, dépassée, anxieuse, déprimée, malheureuse… ou tout ça à la fois. Vous avez le droit d’exprimer ce que vous ressentez même si, effectivement, ça ne colle pas du tout avec l’image idyllique de la grossesse que l’on voit partout sur les réseaux sociaux. Vous avez le droit de pleurer parce qu’au bout du troisième renvoi de la journée, vous pouvez en avoir marre. Vous avez le droit de ne plus pouvoir voir une compote en peinture parce que c’est le seul truc qui veut bien rester dans votre estomac. Vous avez le droit de ressentir tout ce que vous ressentez sans vous sentir coupable. Vous avez le droit de demander de l’aide à une personne qui vous écoute vraiment et qui vous soutient dans votre entourage ou pas. Vous avez le droit de ne pas répondre aux appels ni aux messages si vous savez que vous allez devoir vous justifier dix fois en 3 minutes sur votre état. Vous avez le droit d’envoyer bouler les personnes qui vous saoulent avec leurs conseils. Vous avez le droit de ne pas avoir envie d’entendre pour la cinquième fois que votre copine, votre mère ou votre soeur a eut une grossesse sans nausée ni vomissement et qu’elle ne comprend pas comment vous pouvez être aussi malade parce qu’être enceinte « c’est pas une maladie ». Vous avez le droit de refuser un repas de famille ou entre amis sans vous justifier. Vous avez le droit de rester au calme chez vous.

Vous avez le droit de garder espoir, de vous dire que cette mauvaise période va passer et que tout ira mieux après.

En fait, vous avez le droit de faire comme bon vous semble, de suivre votre instinct sans écouter ni vous justifier auprès d’autres personnes. Vous seule savez ce qui est bon pour vous et pour votre petit être en devenir. Vous aurez peut-être besoin à un moment d’une oreille attentive, d’une main qui vous caresse, d’une épaule qui vous soutientou pas! Faites ce qui vous parait le mieux pour vous à l’instant. Surtout n’oubliez pas que vous êtes une nana géniale, forte et courageuse.

Accompagner une grossesse avec la naturopathie

On me demande souvent ce que peut faire un naturopathe pour accompagner un couple pendant une grossesse. Je partage mes axes de travail lors d’accompagne de grossesse. L’objectif étant que la femme soit libre d’exprimer ses envies, ses contraintes et ce qu’elle désire mettre en place pour vivre le plus sereinement possible cette grossesse.

L’attention se porte souvent sur la femme enceinte mais le compagnon ou la compagne est aussi là et vit cette nouvelle étape de leur vie de couple. Il faut intégrer cela à la consultation et donner les informations aux deux personnes car le compagnon ou la compagne aura aussi les clefs pour soulager et accompagner la femme enceinte dans cette grossesse.

Alimentation

On entend souvent que pendant la grossesse, il faut manger deux fois plus mais pas du tout: il faut manger deux fois mieux! Le corps subit beaucoup de transformation pendant ces neuf mois, il a des besoins supplémentaires en vitamines et en minéraux pour fonctionner normalement et pour apporter au foetus ce dont il a besoin pour se développement. Il faut donc être vigilant sur la qualité des produits consommés, sur la quantité et la qualités des graisses, des protéines et des sucres ingérés. S’ajoute à cela, la liste des aliments que les femmes ne peuvent pas consommer pendant la grossesse. Il faut parfois faire un point alimentation et trouver un planning alimentaire qui permet d’éviter les carences tout en se faisant plaisir.

Bien-être

C’est important de se sentir bien et de prendre soin de son corps au quotidien. Lors de la grossesse, la peau peu subir quelques désagréments comme l’apparition de vergetures, d’un masque de grossesse, des boutons d’acné. Avoir les bons produits naturels, les bonnes recettes de cosmétiques home-made, les propriétés des huiles végétales permet d’avoir toutes les cartes en main pour faire les bons choix et prendre le temps de s’occuper de ses petits désagréments.

crédit photographique : pixabay

Soulagements des petits tracas au naturel

Cette période de grands bouleversements peut occasionner des tracas que l’on peut soulager de façon naturel comme les angoisses, les troubles de la circulation, les troubles du transit, les crampes, certaines douleurs articulaires ou musculaires, la prévention des nausées,… La naturopathie aide aussi à soulager ces maux de grossesse.

Accompagner et vivre sereinement le bouleversement émotionnel

Cette période de bouleversements physiques s’accompagne aussi de bouleversements émotionnels. Le stress, l’anxiété et parfois les angoisses peuvent prendre beaucoup d’importance dans le quotidien. Il est important de vivre ces émotions, de les laisser s’exprimer sans les laisser s’imprimer et s’ancrer dans le quotidien. Avoir un soutien émotionnel, s’aider de la respiration, de techniques de relaxation permet de mieux vivre ces émotions et de retrouver le calme.

crédit photographique : pixabay


Soulager les mots de la grossesse avec les huiles essentielles

À partir du quatrième mois de grossesse, il est possible de soulager les maux rencontrés pendant cette période avec les huiles essentielles. Pour un soutien global et une…, consultez votre naturopathe ou votre aromathérapeute. Il adaptera les préparations en fonction de vos besoins.

Booster son immunité

Pour stimuler les défenses naturelles et prévenir des affections de l’hiver, préparez un flacon avec 2 gouttes de ravinstara, 2 gouttes de tea-tree, 2 gouttes de niaouli et 2 gouttes d’eucalyptus radiata.

Vous pouvez diffuser ce mélange 10 minutes 2 à 3 fois par jour chez vous pour assainir l’air ambiant.

Vous pouvez diluer ce mélange dans 20 gouttes d’huile végétale. Prélevez ensuite 4 gouttes du mélange et massez-vous la voute plantaire, la colonne vertébrale et le plexus solaire.

Un sommeil réparateur

Pour un sommeil réparateur, lutter contre le stress et les insomnies, mélangez dans un flacon 4 gouttes de lavande vraie, 4 gouttes de petit grain bigaradier et 2 gouttes de marjolaine à coquilles.

Vous pouvez diffuser ce mélange 10 minutes dans votre chambre à coucher, 15 minutes avant d’aller vous coucher.

Vous pouvez diluer ce mélange dans 20 gouttes d’huile végétale et en prélevez 4 gouttes pour vous massez la nuque, le plexus solaire et la colonne vertébrale.

Vous pouvez aussi réaliser un stick que vous gardez sur vous en cas de stress ou d’angoisses. Vous pourrez respirer en cas de besoin.

Crédit photographique: Pixabay

Soulager les nausées

Pour prévenir les nausées matinales, quelques gouttes de gingembre peuvent être déposées sur l’oreiller ou sur un mouchoir placé sous l’oreiller. Réalisez un stick dans lequel 3 gouttes de citron et 2 gouttes de gingembre auront été déposées et respirez-le dès le réveil.

Un transit au top

En cas de transit ralenti, de ballonnements, mettez 1 goutte de gingembre et 1 goutte de basilic sacré dans 15 gouttes d’huile végétale et massez-vous le ventre dans le sens des aiguilles d’une montre pour activer les intestins pendant 3 jours au maximum.

Grossesse et huiles essentielles: une utilisation possible ou pas du tout?

Malgré tout ce qui est dit, NON les huiles essentielles ne sont pas interdites pendant la grossesse. Certaines peuvent vraiment soulager les maux de cette période. Il faut être très prudent dans leurs utilisations et dans l’huile essentielle choisie.

Pourquoi parle-t-on d’interdiction?

  • Parce que l’idée que les produits naturels ne sont pas dangereux est fausses. Une grande partie des huiles essentielles sont interdites pendant la grossesse car certaines possèdent des molécules très toxiques qui peuvent affecter le bon développement de l’enfant. On retrouve aussi des molécules qui, si elles sont prises en début de grossesse peuvent mener à un avortement spontané.
  • Parce qu’une fois dans les mains des personnes, une erreur d’administration peut vite arriver. Un mésusage d’une huile essentielle peut avoir de graves conséquences sur le bébé. C’est pourquoi il est plus facile d’interdire les huiles essentielles aux femmes enceintes par précautions. Il ne faut surtout pas s’auto-médiquer pendant cette période sans avoir pris conseil auprès d’un médecin, d’un pharmacien ou d’un naturopathe.

Mode d’administration à partir du quatrième mois:

  • Voie orale: il ne faut en aucun cas prendre une huile essentielle par voir orale pendant la grossesse et en cas d’allaitement.
  • Voie cutanée: une dilution d’huile essentielle à 10% dans une huile végétale est conseillée. La zone traitée sera vraiment réduite et le traitement sera suivi sur 5 jours maximum. Le ventre et la poitrine sont les deux zones à éviter.
  • Voie olfactive: meilleure voie à utiliser pendant la grossesse. 2 gouttes d’huiles essentielles sur un mouchoir et on prend le temps de respirer profondément.
Crédit photographique: Pixabay

Les huiles essentielles autorisées à partir du quatrième mois de grossesse:

Basilic sacré, bois de hô, camomille romaine, cardamome, citron, eucalyptus citronné, eucalyptus radiata, gingembre, lavande vraie, lavandin super, lentisque pistachier, mandarine, marjolaine à coquilles, menthe des champs, myrrhe, néroli, niaouli, petit grain bigaradier, ravintsara, saro, tea-tree, verveine odorante.

Les huiles essentielles interdites pendant la grossesse et l’allaitement:

Aneth, angélique, bergamote, cade, cajeput, cannelle, carvi, cèdre de l’Atlas, citronnelle de Java, clou de girofle, coriandre, ciste, curcuma, encens, estragon, eucalyptus globulus, eucalyptus smithii, fenouil doux, genévrier, gaulthérie, laurier noble, lédon du Groenland, lemongrass, livèche, marjolaine sylvestre, mélisse, menthe poivrée, muscade, toutes les myrtes, nard de l’Himalaya, orange douce, origan compact/vert/d’Espagne, palmarosa, pamplemousse, patchouli, pin, poivre noir, romarin à camphre, romarin 1,8 cinéole, sapin de Sibérie, sapin baumier, sarriette des montagnes, sauge à feuilles de lavande, sauge sclarée, térébenthine, thym à linalol, thym à thymol, verge d’or, verveine exotique, vétiver.

crédit photographique: Pixabay